15 points pour garantir le succès de votre nom de domaine !

Un nom de domaine, c’est comme un néon avec votre marque qui clignote. Si vous vendez des crédits immobiliers et que votre néon affiche « les-credits-de-riton.biz », pensez-vous que vous aurez plus, ou moins de visites que « meilleurtaux.com » ? Votre nom de domaine doit sortir du lot, et de façon positive. Lisez tous les conseils pour bien choisir.

perroquet-arc-en-ciel-foret

Sachez tout d’abord que la recherche d’un nom de domaine est très frustrante. On réfléchit beaucoup, on parvient à des idées de génie, et lorsqu’on sort sa carte bancaire pour réserver le nom de domaine, on découvre qu’il est déjà réservé. Et pourtant, en tapant ce même nom dans la barre d’adresse du navigateur, il ne semble y avoir aucun résultat… Oui, car vous entrez dans un milieu sans foi ni loi.

Le business des noms de domaine

Les noms de domaine sont un investissement peu coûteux (une dizaine de dollars par an et par domaine). De nombreuses personnes et sociétés ont donc fait un business de réserver tous les noms de domaine auxquels ils peuvent penser, et les revendre au plus offrant. Et ce qui est magique avec l’informatique, c’est qu’il est possible de tout automatiser.

Sont donc déjà réservés :

  • tous les noms de domaine en .com de 3, 4, 5, 6 lettres (oui, même qsdfgh.com), et probablement à termes ceux de 7, 8, 9 lettres, etc.
  • tous les noms de domaine qui sont un mot du dictionnaire, quelle que soit sa langue
  • toutes les expressions et proverbes, y compris ceux d’origine latine
  • toutes les expressions qui « font le buzz », ou bien sont dans les tendances (trends en anglais) de recherche Facebook, Twitter ou Google
  • tous les noms de domaine qui viennent d’expirer

Voyez-vous maintenant pourquoi cette recherche du nom de domaine idéal risque de prendre plus que 10 minutes sur un coin de table de la cafétéria le midi ?

Quelle est l’identité de votre site ?

Pour identifier votre futur nom de domaine, commencez par définir l’identité de votre site. Il s’agit d’identifier, exactement comme pour la création d’une marque, votre champ lexical, votre univers de marque :

  • Qu’allez-vous vendre : du service, des objets, de l’information ?
  • Que recherche votre client type : commander, avoir une documentation ?
  • Quel est votre positionnement produit : haut de gamme, discount ?
  • Quel est le message implicite du site : sérieux, humoristique ?

cible-flechette

Listez toutes vos idées, puis ordonnez-les par intérêt. Gardez plusieurs propositions, puisque il y a de fortes chances que certaines soient déjà réservées.

Pour élargir votre champ lexical, vous pouvez :

  • vous aider des suggestions de Google, en cherchant simplement une expression et en regardant en bas de page les « recherches associées », qui vous propose une dizaine de recherches similaires couramment effectuées par les internautes.
  • utiliser Google Adwords : cet outil est destiné à acheter des campagnes de publicité, mais il vous permet également gratuitement de générer de nouveaux mots-clés à partir d’une liste de mots-clés.

Ne brûlez surtout pas cette étape en étant pressé de commencer à alimenter votre site web. Car une fois que votre site web a vécu quelques mois ou quelques années, il devient très difficile de changer son nom de domaine sans risquer de perdre :

  • tous les liens retour faits par d’autres sites vers votre nom de domaine, et dont vous ne maîtrisez pas la modification
  • votre position dans les moteurs de recherche (en première page des résultats sur certains types de requêtes, par exemple)
  • la confiance de vos clients existants, bâtie sur votre nom de domaine

Pensez en outre que des critères que vous ne soupçonneriez même pas sont pris en compte par les moteurs de recherche, tels Google, pour évaluer le sérieux de votre nom de domaine et donc de votre site. Parmi ces critères, il y a notamment l’âge du domaine, comme le whisky : un nom de domaine récent est considéré comme moins bon qu’un nom de domaine de 12 ans d’âge.

Ayez les idées larges et trouvez un nom de domaine qui marque

Votre nom de domaine doit faire partie d’un véritable business plan, avec une stratégie et des objectifs à 1 an, 5 ans, 10 ans. De cette façon, vous éviterez de choisir un nom sur un coup de tête, que vous regretterez par la suite.

Votre nom de domaine doit donc être :

  • suffisamment générique : il doit couvrir votre périmètre de communication présent et ses extensions possibles. Par exemple, ne réservez pas panierspourchats.com si vous prévoyez de vendre également des paniers pour chiens dans 3 mois. Si vous tenez à réserver des noms de domaine spécifiques (par exemple si vous avez pour stratégie de spécialiser chaque site sur un marché de niche), listez tous les noms de domaine envisagés immédiatement, et réservez-les tous ! Dans 3 mois, ils ne seront plus disponibles, car vos concurrents ou les domain parkings vous auront repéré et les auront réservés.
  • pas trop générique : à l’inverse, ne faites pas une thématique fourre-tout. Par exemple, vente-bijoux-et-aspirateurs.com n’est pas une bonne idée. Outre la thématique un peu sexiste (associer bijoux et aspirateurs n’est pas très adroit), un tel site serait très complexe à référencer, car les moteurs de recherche aiment les sites spécialisés sur une ou deux thématiques clairement identifiées.
  • être impérissable (ou « evergreen » en anglais) : attention à être à l’épreuve du futur. C’est valable également pour les marques : Sport 2000 par exemple, est devenu démodé dès le tournant du siècle. Autre exemple : PC Inpact, lancé en 2003, est devenu Next Inpact en 2014, car le marché des PC était devenu minoritaire par rapport aux ventes de tablettes et smartphones : il a donc fallu s’adapter et changer de domaine, ce qui est complexe et coûteux.
  • être composé de mots usités : un bon nom de domaine peut vous générer du trafic direct, c’est-à-dire que les internautes saisissent directement votre nom de domaine dans leur barre d’adresse. C’est le cas du site meilleurtaux.com par exemple. Une expression couramment recherchée permet en outre d’être naturellement bien positionné dans les résultats des moteurs de recherche. Comment savoir si un mot est couramment recherché ? En utilisant à nouveau gratuitement Google Adwords, qui vous permet de consulter les volumes de recherche sur des expressions données.
  • original : un nom de domaine se doit d’être original et de ne pas copier l’un de vos concurrents, sous peine de confusion pour les internautes. Cela signifierait une perte de trafic pour vous, donc perte de chiffre d’affaires potentiel. Un exemple de nom de domaine original et bien trouvé est hop.fr, la filiale discount d’Air France spécialisée dans les bonds de ville à ville. Un nom tel que airfrancediscount.com aurait été moins efficace, non ?
  • adéquat : attention au poids des mots ! Pour un site à destination du monde de la banque, qui est un milieu assez feutré, évitez par exemple le nom de domaine meilleurpognon.com. De même, évitez les jeux de mots, d’une part parce qu’un jeu de mot amusant pour l’un ne l’est pas forcément pour quelqu’un d’autre, et d’autre part parce qu’un jeu de mots s’exporte très mal dans d’autres pays, d’autres cultures ou d’autres langues.
  • facile à lire, retenir et prononcer : ne sera-t-il pas laborieux d’épeler au téléphone illiko7cado.fr par exemple ? Est-ce que Germaine, votre voisine de 87 ans qui a un côté un peu hipster, sera capable de saisir votre nom de domaine sur son smartphone ?
  • international : un des seuls regrets d’un des fondateurs de rueducommerce.fr, Patrick Jacquemin, était de ne pas avoir pensé à l’Europe dans le choix de leur nom de domaine. De même, le challenger de voyages-sncf.com, capitainetrain.com (avec un jeu de mots), a dû changer deux fois de nom pour s’adapter à ses ambitions européennes : captaintrain.com (avec un jeu de mots, mais anglicisé), puis euroline.com (le message est plus clair). Au-delà de l’Europe, des marchés tels que l’Asie et maintenant l’Afrique sont en plein boom économique : attention à ne pas faire de faute culturelle vis-à-vis de pays susceptibles de vous apporter du chiffre d’affaires.
  • ne pas être une marque : attention au droit des marques ! La législation est très variable d’un pays à l’autre, alors renseignez-vous pour tous les pays constituant votre marché.

arbitre-football-americain

Quel format pour un nom de domaine ?

Certaines questions reviennent souvent sur le format recommandé des noms de domaine :

  • avec ou sans tiret ? C’est plutôt sans tiret dans les pays anglophones (facebook.com, youtube.com) car le tiret a longtemps été associé aux domaines de spam et de cybersquatting. En France, le tiret est moins connoté, mais il n’en reste pas moins assez rare dans les sites les plus en vue (leboncoin.fr, commentcamarche.net).
  • des chiffres avec des lettres ? La présence de chiffres reste trompeuse, notamment si on doit épeler le nom de domaine au téléphone, et ne fait pas très professionnel.
  • court ou long ? Globalement, le nom de domaine le plus court est toujours le meilleur. En effet, un nom de domaine plus long est plus difficile à mémoriser et plus laborieux à taper, notamment sur tablette et mobile. Evitez les mots de liaison inutiles d’un point de vue référencement (de, et, le…), sauf s’ils rendent le nom de domaine plus naturel, plus coulant (pour rester dans un exemple coulant : fourmedambert.com est par exemple plus naturel que fourmeambert.com).
  • avec ou sans accents ? Préférez sans. Enregistrer des noms de domaine avec des caractères accentués est une possibilité récente : elle n’est pas encore rentrée dans les moeurs des internautes, qui risquent d’y voir un domaine suspect. En outre, ce type de domaine est difficile à positionner dans un moteur de recherche.
  • singulier ou pluriel ? Réservez les deux, sous peine de voir une partie de votre trafic naturel capté par un cybersquatteur. Attention à bien choisir un domaine comme nom de domaine principal, et faire une redirection de l’autre domaine vers votre nom de domaine principal.
  • extension .com ou .fr ou autre ? Réservez toutes les extensions où vous comptez vendre un produit ou faire des affaires, ne serait-ce que pour éviter qu’un cybersquatteur réserve le nom et vous fasse payer cher sa récupération.

Réserver le nom de domaine

Vous avez passé toutes les embûches jusqu’à atteindre enfin la case réservation, bravo ! Vérifiez tout d’abord que le nom de domaine est disponible. Attention, il ne suffit pas de saisir le nom dans la barre d’adresse de votre navigateur pour savoir si un nom de domaine est réservé ou non. Il peut être réservé, mais non encore utilisé. Pour être fixé, il faut se rendre sur la base whois.net, qui référence tous les noms de domaine enregistrés.

Donnez-vous néanmoins un temps de réflexion. Laissez votre idée reposer pendant 24 heures, puis relisez-là et vérifiez qu’elle correspond bien à votre futur site. N’hésitez pas à évoquer votre nom de domaine avec des amis, des personnes de confiance qui ne risquent pas d’aller réserver votre nom de domaine avant vous.

Réservez le plus tôt possible ! Cela peut sembler contradictoire avec le point d’avant, et pourtant ça ne l’est pas. Dès que vous êtes sûr de vous, n’attendez plus, réservez le nom de domaine ! Comme je vous le disais en introduction, le business des noms de domaine est très dynamique, et vous êtes en concurrence avec le monde entier. Si vous tergiversez, vous risquez de vous faire coiffer au poteau, et au lieu de 10 dollars, il risque de vous en coûter 4000. Evitez de rechercher plusieurs fois la disponibilité d’un nom de domaine : certains mécanismes permettent de repérer cette activité… et de déclencher automatiquement la réservation de ce nom de domaine.

Où enregistrer votre nom de domaine ? Le mieux est de passer par un registrar connu, tel qu’OVH ou 1and1. Le coût de réservation sera de toutes façons autour de 10 euros environ, avec des variations suivant le type d’extension demandée.

Après réservation de votre nom de domaine, attendez-vous à recevoir de nombreux e-mails de sollicitation de la part d’escrocs, qui tenteront de vous faire croire que votre nom de domaine n’est pas bien réservé et qu’il faut payer une somme additionnelle. Voici l’un de ceux que j’ai reçus après avoir réservé mon nom de domaine :

Domain Notification for (votre nom de domaine) : This is your Final Notice of Domain Listing

Attention: Important Notice , DOMAIN SERVICE NOTICE
Domain Name: (votre nom de domaine)
ATT: (votre nom, récupéré dans la base whois)
REGISTRANT CONTACT: +33.972101007

Response Requested By (la date du jour, pour vous mettre la pression)

PART I: REVIEW NOTICE
As a courtesy to domain name holders, we are sending you this notification for your business Domain name search engine registration. This letter is to inform you that it's time to send in your registration. 

Failure to complete your Domain name search engine registration by the expiration date may result in cancellation of this offer making it difficult for your customers to locate you on the web.

Privatization allows the consumer a choice when registering. Search engine registration includes domain name search engine submission. Do not discard, this notice is not an invoice it is a courtesy reminder to register your domain name search engine listing so your customers can locate you on the web.

This Notice for: (votre nom de domaine) will expire at (la date du jour à minuit) Act now!

Select Term and Package Here
Payment by Credit/Debit Card
Select the term using the link above by (la date du jour)
------------------------------------------------------------------------
The information in this letter contains confidential and/or legally privileged information from the notification processing department of the RegisterDomList Unit 8193, PO Box 6945, London, W1A 6U U.K. This information is intended only for the use of the individual(s) named above. If you do not wish to receive further updates from RegisterDomList Unsubscribe here. If you are not the intended recipient, you are hereby notified that disclosure, copying, distribution or the taking of any action in reliance on the contents for this letter is strictly prohibited.

Ce sont des escroqueries, ne répondez pas. Si votre registrar (1and1, OVH) vous a confirmé que votre domaine était réservé, c’est qu’il l’est.

Le nom de domaine est déjà pris !

Le nom de domaine de vos rêves est déjà pris en .com ? Pas de décision hâtive ! Réserver le même nom de domaine en .net ou .info serait une erreur, car vous auriez beaucoup de mal à positionner votre site au-dessus de celui de votre concurrent. Une partie de votre trafic (saisie directe, moteurs de recherche) serait donc captée naturellement par votre concurrent, d’autant plus que son nom de domaine a une ancienneté plus grande, ce qui est pris en compte par les moteurs de recherche, rappelez-vous !

La meilleure solution est de chercher une autre identité de site, et donc un autre nom de domaine.

Si le nom de domaine n’est pas encore exploité, vous pouvez éventuellement demander au détenteur actuel du site (que vous pouvez identifier via la base whois.net) s’il est prêt à vous vendre son nom de domaine. Attention cependant à bien vérifier la réputation d’un nom de domaine avant de le racheter : s’il a déjà servi à envoyer du spam par e-mail, ou bien s’il a servi à diffuser des virus ou des vidéos pornographiques, vous hériterez naturellement de cette mauvaise réputation, et il sera très difficile de la faire évoluer auprès des moteurs de recherche.

Mon site ne suit pas ces recommandations !

Si vous avez déjà réservé votre nom de domaine et que vous n’avez pas suivi ces recommandations, pas de panique ! Un nom de domaine ne coûte qu’une dizaine d’euros par an, vous pouvez donc encore en changer.

Par contre, si vous avez déjà commencé à construire votre contenu et à référencer votre site, si votre nom de domaine ne pose pas de gros souci, mon conseil est de continuer avec : au bout d’un certain temps, le contenu parlera de lui-même. A titre d’exemple, rien ne prédestinait le nom de domaine presse-citron.net à devenir un site de référence sur les nouvelles technologies, et pourtant c’est le cas aujourd’hui !

Gardons le contact !